Accueil, Chronique

Chronique « Asylum »

.
.
.
.
.
.

Auteur : Emilie Autumn
Page : 421
Edition : Hugo Roman

.
.
.
.
.
.

Chronique « Asylum »

Le temps se fait plus triste,
les feuilles s’envolent dans l’air avec le vent
laissant une splendide danse.
C’est une période pour rester près du feu
avec un chocolat chaud et un bon roman sous un plaide.

La couverture sombre du livre m’a directement attiré dans le rayon, pas le temps de lire la quatrième de couverture que je le prenais déjà. Asylum qui veut dire « asile » ne faisait que renforcer mon envie de ce livre. C’est avec une grande joie que je vous laisse mon avis, bonne lecture.

Avis :

Ce que j’ai beaucoup apprécié avec cette histoire c’est que l’auteur nous fait rentrer directement dans l’univers d’un hôpital psychiatrique. Elle décrit à la perfection ce lieu, cette prison comme elle l’appelait, si froid, si solitaire. J’ai de la peine d’imaginer sa vie à l’intérieur de sa chambre écrivant au crayon rouge dans son livre.

Un peu plus tard, on peut découvrir une partie de son passé aussi terrifiant soit-il pour comprendre l’étendu de son histoire. L’auteur installe du suspense tout au long de la lecture. Dans son bouquin, elle raconte que la psychiatrie fascine les gens  peut-être a-t-elle raison ?

On découvre certaines pratiquent qui à l’heure d’aujourd’hui semblent horribles mais qui à l’époque était totalement logique selon eux. Comme par exemple la saignée servait de déclencheur afin de purifier le sang, mais pire encore des expériences scientifiques les plus douloureuses étaient réalisés sur les pensionnaires. N’est-ce pas ignoble ?

Le récit de l’auteur est partiellement une autobiographie, elle a fait une tentative de suicide. De se fait, elle se retrouve en hôpital psychiatrique où elle écrira dans un carnet. Ce dernier l’aide alors à écrire ce roman. Impressionnant vous ne trouvez pas ?

Résumer :

L’histoire raconte la vie d’une jeune fille qui fait une tentative de suicide qui finalement se retrouve enfermée dans un hôpital psychiatrique. A l’aide de son crayon rouge qu’elle a réussi à obtenir et de son livre sur la peste noire où elle écrit son calvaire vécu là-bas mais également son passé.

Alors que l’hôpital accepte de lui rendre son carnet de note pour la journée, elle découvre une mystérieuse lettre d’une certaine Emily. Chaque jour, elle en découvre une nouvelle. C’est comme ça qu’ Emilie découvre la tragique histoire d’Emily, enfermée dans un manoir d’une époque victorienne décrivant le quotidien atroce des filles de l’asile, entre expérience scientifique et maltraitance. On comprend très rapidement que ce bouquin ne va pas être un comte de fée.

Par défaut